Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Aujourd'hui le Maroc , il y a 10 mois

Immersion dans la pré-générale d’une opérette
Supervisées par le metteur en scène, Jean-Mark Biskup, les répétitions des ballets sont tantôt accompagnées de musique de piano installé sur place en attendant l’arrivée de l’orchestre, tantôt elles ne le sont pas.

Il est 16h30. Les solistes et les ballets participant à l’opérette «La Veuve Joyeuse» ont été mercredi dernier au théâtre national Mohammed V à Rabat, en pleines répétitions, parés à la pré-générale de cette œuvre interprétée jusqu’à ce 18 avril par l’Orchestre philharmonique du Maroc.

Supervisées par le metteur en scène, Jean-Mark Biskup, les répétitions des ballets sont tantôt accompagnées de musique de piano installé sur place en attendant l’arrivée de l’orchestre, tantôt elles ne le sont pas. Entre-temps, le metteur en scène donne ses directives aux ballets pour que les chorégraphies soient interprétées dans les règles de l’art. Parallèlement, les décors sont en finition sur la scène au moment où les artistes disposent d’une heure de battement avant de commencer la pré-générale à 19h. A cette heure-ci, l’orchestre est déjà dans la salle.

L’orchestre se joint à la partie

Dès que les musiciens de l’Orchestre philharmonique du Maroc, en tenues décontractées, sont installés, leur président fondateur, Farid Bensaid, donne le la. Après quelques instants, le chef d’orchestre Olivier Holt fait son entrée dans la salle et salue les interprètes qui accordent leurs instruments. Après quoi, il autorise la levée de rideau.

Place à la musique joviale de l’opérette de Franz Léhar interprétée par l’orchestre. Pour sa part, le metteur en scène, qui joue le rôle du praon Popoff dans l’œuvre, se déplace tout comme d’autres personnages sur un fauteuil dans la salle pour assister à la présentation de l’opérette. Et non seulement les musiciens, qui n’hésitent pas à tourner la tête pour voir la scène et s’échangent entre eux, sont en tenues décontractées, à leur tour certains personnages le sont lors de la pré-générale. Quant au chef d’orchestre, il n’hésite pas à solliciter à l’orchestre de reprendre une partition pour une meilleure interprétation tout en demandant aux musiciens de mieux se concentrer sur celle-ci.

Un orchestre assez proche des yeux

Selon Régis Mengus, qui interprète le rôle du prince Danilo dans l’opérette, les musiciens sont «très réceptifs et très concentrés». «Je suis surpris de voir la qualité de l’orchestre et surtout celle d’écoute», enchaîne Régis Mengus qui ne manque pas de louer l’avantage d’avoir un orchestre à proximité. «Dans la disposition de la salle, l’orchestre n’est pas réellement en fosse. L’avantage c’est que nous sommes très proches de l’orchestre», avance l’artiste. «On peut même leur sourire», enchaîne l’artiste qui estime que le fait de voir l’instrumentiste créer une symbiose entre celui-ci et le personnage en rappelant que dans d’autres salles l’orchestre en fosse ne permet pas de créer ce contact. «L’inconvénient c’est quand l’orchestre sonne très fort parce qu’il est dans la salle. Alors, quand on fait des entrées du fond, il faut avoir une projection aboutie pour pouvoir passer l’orchestre qui joue devant nous. Mais comme il est à l’écoute des chanteurs il fait en sorte de ne pas nous couvrir non plus», tempère Régis Mengus qui s’explique autour de l’apport de sa participation à «La Veuve Joyeuse» interprétée par l’OPM. «La valeur ajoutée c’est de travailler avec un orchestre qui n’a pas forcément l’habitude de faire de l’opérette », détaille-t-il en rappelant la différence entre opérette et opéra.

Opérette versus opéra

Comme l’explique l’artiste, l’opérette est un genre particulier et différent de l’opéra. Celui-ci étant un théâtre chanté. Quant à l’opérette, qui est aussi du théâtre chanté, elle est totalement dépendante de la mise en scène. Dans l’opérette, il y a des moments où, selon Régis Mengus, l’on parle et chante. «Le troisième paramètre dans l’opérette c’est la danse qui s’ajoute fréquemment», poursuit l’artiste qui trouve que la difficulté pour le chanteur consiste à parler, chanter et reparler. A découvrir.

lire la suite sur le site d'aujourd'hui Maroc
Lire aussi

Coup d’envoi du 2ème Festival culturel de la région de Casablanca-Settat

Le coup d’envoi de la 2ème édition du Festival culturel de la région de Casablanca-Settat a été donné, mardi soir, dans la métropole, au cours d’une cérémonie solennelle traduisant la diversité culturelle et religieuse du Royaume.
Noureddine Saïl partage sa passion pour le cinéma, «une université formatrice»

Noureddine Saïl, mémoire vivante du cinéma marocain, a partagé avec les cinéphiles et les étudiants d’Agadir, en l’espace d’un week-end, sa grande passion pour le 7 ème art qu’il considère comme «une université formatrice».
«Apatride» de Narjiss Nejjar projeté à la 68e Berlinale

La réalisatrice de «L'amante du Rif» et «Les yeux secs», Narjiss Nejjar, a marqué en lettres d'or sa participation à la 68e édition du Festival international du film de Berlin (Berlinale) à travers la projection de son film «Apatride» qui s'attaque à un pan sensible de l'histoire marocaine, à savoir l'expulsion de 45.000 Marocains d'Algérie en décembre 1975.
Leïla Slimani : L’écriture, un exercice d’émancipation qui transgresse les frontières

La littérature offre l’opportunité d'évoquer toutes les thématiques sans avoir peur des tabous
Tanger « Théâtre Ecol’eau » : sensibiliser les écoliers à la préservation de l’eau

Amendis Tanger a lancé, mercredi dernier, en deuxième étape après M’diq-F’nideq, le programme « Théâtre Ecol’eau » destiné à sensibiliser les enfants à la préservation de l'eau.
SIEL 2018: La grand-messe du livre à Casablanca

Le salon a toujours réservé un accueil particulier aux enfants et au jeune public. Pas moins de 47 activités leur sont dédiées entre ateliers artistiques et scientifiques, lectures et récitals de contes. Ici, l’acteur et humoriste Hassan El Jem partageant son expérience avec des jeunes écoliers (Ph. Abo)
L’Unesco fête la langue arabe

Le monde célèbre ce lundi 18 décembre la journée internationale de la langue arabe sous le signe de l’évolution technologique et des défis à relever.
Le cinéma fait sa fête à Marrakech

La Fête du cinéma, un événement dédié à mettre en avant la création cinématographique nationale et à apprécier une série de films inédits, aura lieu du 1er au 3 décembre prochain à Marrakech, à l’initiative conjointe de l’Ecole supérieure des arts visuels et de l’Institut français de la cité ocre.
14e édition du Festival international du film transsaharien à Zagora

La ville de Zagora abritera, du 30 novembre au 4 décembre, la 14ème édition du Festival international du film transsaharien qui connaîtra la participation d’une vingtaine de personnalités du monde du cinéma, du théâtre et de la littérature d’une dizaine de nationalités.
Rencontre mondiale du soufisme à Madagh

La Tariqa Qadiriya Boutchichiya en partenariat avec le Centre euro méditerranéen pour l’étude de l’Islam aujourd’hui, organise, du 28 novembre au 1er décembre à Madagh (province de Berkane), la 12ème édition de la rencontre mondiale du soufisme sous le thème «Soufisme et diplomatie spirituelle : dimensions culturelles, développementales et civilisationnelles».



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - Gamme CHAMELEON
3 Réf.: CHA03PN 1.350 Dh
Fauteuil Président CHAMELEON
en PU noir

4Réf.: CHA04VN 1.050 Dh
Fauteuil Visiteur
CHAMELEON en PU noir

Leguide Voyage


Riad Myra
Construit au début du siècle dernier et restauré par les meilleurs artisans de Fès, Riad Myra est une des plus prestigieuses maisons d'hôtes de la ville.
Son architecture arabo-andalouse, sa décoration raffinée et son ambiance feutrée rappellent les demeures bourgeoises d'antan.