Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Aujourd'hui le Maroc , il y a 5 mois

Immersion dans la pré-générale d’une opérette
Supervisées par le metteur en scène, Jean-Mark Biskup, les répétitions des ballets sont tantôt accompagnées de musique de piano installé sur place en attendant l’arrivée de l’orchestre, tantôt elles ne le sont pas.

Il est 16h30. Les solistes et les ballets participant à l’opérette «La Veuve Joyeuse» ont été mercredi dernier au théâtre national Mohammed V à Rabat, en pleines répétitions, parés à la pré-générale de cette œuvre interprétée jusqu’à ce 18 avril par l’Orchestre philharmonique du Maroc.

Supervisées par le metteur en scène, Jean-Mark Biskup, les répétitions des ballets sont tantôt accompagnées de musique de piano installé sur place en attendant l’arrivée de l’orchestre, tantôt elles ne le sont pas. Entre-temps, le metteur en scène donne ses directives aux ballets pour que les chorégraphies soient interprétées dans les règles de l’art. Parallèlement, les décors sont en finition sur la scène au moment où les artistes disposent d’une heure de battement avant de commencer la pré-générale à 19h. A cette heure-ci, l’orchestre est déjà dans la salle.

L’orchestre se joint à la partie

Dès que les musiciens de l’Orchestre philharmonique du Maroc, en tenues décontractées, sont installés, leur président fondateur, Farid Bensaid, donne le la. Après quelques instants, le chef d’orchestre Olivier Holt fait son entrée dans la salle et salue les interprètes qui accordent leurs instruments. Après quoi, il autorise la levée de rideau.

Place à la musique joviale de l’opérette de Franz Léhar interprétée par l’orchestre. Pour sa part, le metteur en scène, qui joue le rôle du praon Popoff dans l’œuvre, se déplace tout comme d’autres personnages sur un fauteuil dans la salle pour assister à la présentation de l’opérette. Et non seulement les musiciens, qui n’hésitent pas à tourner la tête pour voir la scène et s’échangent entre eux, sont en tenues décontractées, à leur tour certains personnages le sont lors de la pré-générale. Quant au chef d’orchestre, il n’hésite pas à solliciter à l’orchestre de reprendre une partition pour une meilleure interprétation tout en demandant aux musiciens de mieux se concentrer sur celle-ci.

Un orchestre assez proche des yeux

Selon Régis Mengus, qui interprète le rôle du prince Danilo dans l’opérette, les musiciens sont «très réceptifs et très concentrés». «Je suis surpris de voir la qualité de l’orchestre et surtout celle d’écoute», enchaîne Régis Mengus qui ne manque pas de louer l’avantage d’avoir un orchestre à proximité. «Dans la disposition de la salle, l’orchestre n’est pas réellement en fosse. L’avantage c’est que nous sommes très proches de l’orchestre», avance l’artiste. «On peut même leur sourire», enchaîne l’artiste qui estime que le fait de voir l’instrumentiste créer une symbiose entre celui-ci et le personnage en rappelant que dans d’autres salles l’orchestre en fosse ne permet pas de créer ce contact. «L’inconvénient c’est quand l’orchestre sonne très fort parce qu’il est dans la salle. Alors, quand on fait des entrées du fond, il faut avoir une projection aboutie pour pouvoir passer l’orchestre qui joue devant nous. Mais comme il est à l’écoute des chanteurs il fait en sorte de ne pas nous couvrir non plus», tempère Régis Mengus qui s’explique autour de l’apport de sa participation à «La Veuve Joyeuse» interprétée par l’OPM. «La valeur ajoutée c’est de travailler avec un orchestre qui n’a pas forcément l’habitude de faire de l’opérette », détaille-t-il en rappelant la différence entre opérette et opéra.

Opérette versus opéra

Comme l’explique l’artiste, l’opérette est un genre particulier et différent de l’opéra. Celui-ci étant un théâtre chanté. Quant à l’opérette, qui est aussi du théâtre chanté, elle est totalement dépendante de la mise en scène. Dans l’opérette, il y a des moments où, selon Régis Mengus, l’on parle et chante. «Le troisième paramètre dans l’opérette c’est la danse qui s’ajoute fréquemment», poursuit l’artiste qui trouve que la difficulté pour le chanteur consiste à parler, chanter et reparler. A découvrir.

lire la suite sur le site d'aujourd'hui Maroc
Lire aussi

L’ambassade néerlandaise veut soutenir «l’industrie créative» au Maroc

L’annonce est faite lors d’une rencontre avec la presse
Prix de la littérature arabe 2017 : Yasmine Chami primée par le jury

Yasmine Chami, historienne marocaine, a été primée par le jury du Prix de la littérature arabe 2017 pour son livre «Mourir est un enchantement».
Salah Dizane : «Dans notre domaine l’Etat a besoin d’un interlocuteur institutionnel»

ALM : Vous êtes présent dans de nombreuses productions que ce soit à la télé, au cinéma ou au théâtre. Cependant, le public ne vous connaît pas de près. Comment vous présen-terez-vous? Salah Dizane :
Said Bey : «Il existe une censure de scènes osées au cinéma alors que les réseaux sociaux en regorgent»

Said Bey vient de recevoir un hommage lors du 2ème Festival ciné plage qui se poursuit jusqu’au 26 août à Harhoura. Il partage son feeling à ce propos et livre dans cet entretien ses regards sur le cinéma au Maroc ainsi que sur des sujets d’actualité.
L’Boulevard : Une 17e édition aussi riche qu’ébouriffante

Après une année d’absence, l’événement casablancais l’Boulevard fait son come-back. Il se déroulera pour sa 17ème édition du 15 au 24 septembre 2017 dans les deux espaces complexe : Al Amal et stade du R.U.C à Casablanca. Au programme, compétition tremplin, une série de concerts musicaux, résidences artistiques et autres activités culturelles. En ouverture, du 13 au 19 septembre, l’Association l’Boulevard invite le public à découvrir et soutenir la relève des musiques actuelles et alternatives au Maroc. Dans ce sens, 19 groupes Hip Hop, Rock/Metal et Fusion se produiront sur la scène du complexe Al Amal. Six d’entre eux, soit deux par catégorie, seront sacrés par le jury. A la clé : 10.000 DH pour les vainqueurs du premier prix, 5.000 DH pour les gagnants du second, mais surtout l’enregistrement de deux morceaux pour chaque groupe primé, une formation menée par des professionnels sur le métier de musicien, et l’occasion de remonter très vite sur scène : les vainqueurs assureront, du 22 au 24 septembre, les avant-premières des groupes confirmés locaux et internationaux – invités à enflammer le public de L’Boulevard.
Rentrée culturelle de l’Institut français de Casablanca : Musique, théâtre, humour, danse, art plastique… au menu

Le programme de la rentrée culturelle de l’Institut français de Casablanca est désormais dévoilé.
Juste pour Rire : Les meilleurs humoristes de six pays se produisent à Agadir

Après Montréal, Chicago, Toronto, Londres, Bruxelles, Lyon, Sydney et Johannesburg, le plus grand Festival d’humour Juste pour Rire s’installe à Agadir pour sa première édition marocaine qui se tiendra du 23 au 26 août.
Pour cette première édition, la capitale de la région du Souss-Massa accueille le gotha de l’humour aux niveaux local, national et maghrébin, en rassemblant plus de 30 artistes, venant de 6 pays différents lors de quatre galas exceptionnels. Cet évènement se veut un festival fédérateur et rassembleur autour d’un dénominateur commun : le rire, et qui mettra en valeur la ville d’Agadir en lui assurant une occasion pour redorer son image.
Festival Marocains rigolos et résonnants à l’étranger : La deuxième étape démarre à Casablanca

Cet événement culturel a pour but d’aller à la découverte des richesses culturelles du Maroc à l’étranger et de les faire découvrir au public tout en mettant en place un pont sympathique entre le patrimoine, la tradition et la diversité.
7ème Festival international Jawhara: Une manifestation qui satisfait tous les goûts

Le 7ème Festival international Jawhara, qui a pris fin samedi dernier, est, comme le précisent les initiateurs, réussi.
«Prix Ivoire 2017» : Un recueil de poèmes de Khalil Hachimi Idrissi retenu

Le recueil de poèmes «La foi n’est convoquée que les jours de fête» du journaliste et poète, Khalil Hachimi Idrissi, a été retenu, avec cinq autres œuvres, pour la finale du 10ème «Prix Ivoire» pour la littérature africaine d’expression francophone.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - Eléments haut NEO
1 Réf.: NEOEH80 800 Dh
Elément haut NEO 2 portes
Dim.: 80x32x55 cm
Couleur : Wengé
2 Réf.: NEOEH60 625 Dh
Elément haut NEO 1 porte
Dim.: 60x32x55 cm
Couleur : Wengé
3 Réf.: NEOEH40 550 Dh
Elément haut NEO 1 porte
Dim.: 40x32x55 cm
Couleur : Wengé

Leguide Voyage


Riad Dar More
Tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme...et raffinement! Niché au fond d'un charmant derb, entre la place Djemaa el Fna et le marché du Mellah, cet élégant riad, tout nouvellement restauré dans des tons naturels, beige, gris, taupe, offre 5 chambres et suites, dotées du plus grand confort.