Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Aujourd'hui le Maroc , il y a 1 an

Immersion dans la pré-générale d’une opérette
Supervisées par le metteur en scène, Jean-Mark Biskup, les répétitions des ballets sont tantôt accompagnées de musique de piano installé sur place en attendant l’arrivée de l’orchestre, tantôt elles ne le sont pas.

Il est 16h30. Les solistes et les ballets participant à l’opérette «La Veuve Joyeuse» ont été mercredi dernier au théâtre national Mohammed V à Rabat, en pleines répétitions, parés à la pré-générale de cette œuvre interprétée jusqu’à ce 18 avril par l’Orchestre philharmonique du Maroc.

Supervisées par le metteur en scène, Jean-Mark Biskup, les répétitions des ballets sont tantôt accompagnées de musique de piano installé sur place en attendant l’arrivée de l’orchestre, tantôt elles ne le sont pas. Entre-temps, le metteur en scène donne ses directives aux ballets pour que les chorégraphies soient interprétées dans les règles de l’art. Parallèlement, les décors sont en finition sur la scène au moment où les artistes disposent d’une heure de battement avant de commencer la pré-générale à 19h. A cette heure-ci, l’orchestre est déjà dans la salle.

L’orchestre se joint à la partie

Dès que les musiciens de l’Orchestre philharmonique du Maroc, en tenues décontractées, sont installés, leur président fondateur, Farid Bensaid, donne le la. Après quelques instants, le chef d’orchestre Olivier Holt fait son entrée dans la salle et salue les interprètes qui accordent leurs instruments. Après quoi, il autorise la levée de rideau.

Place à la musique joviale de l’opérette de Franz Léhar interprétée par l’orchestre. Pour sa part, le metteur en scène, qui joue le rôle du praon Popoff dans l’œuvre, se déplace tout comme d’autres personnages sur un fauteuil dans la salle pour assister à la présentation de l’opérette. Et non seulement les musiciens, qui n’hésitent pas à tourner la tête pour voir la scène et s’échangent entre eux, sont en tenues décontractées, à leur tour certains personnages le sont lors de la pré-générale. Quant au chef d’orchestre, il n’hésite pas à solliciter à l’orchestre de reprendre une partition pour une meilleure interprétation tout en demandant aux musiciens de mieux se concentrer sur celle-ci.

Un orchestre assez proche des yeux

Selon Régis Mengus, qui interprète le rôle du prince Danilo dans l’opérette, les musiciens sont «très réceptifs et très concentrés». «Je suis surpris de voir la qualité de l’orchestre et surtout celle d’écoute», enchaîne Régis Mengus qui ne manque pas de louer l’avantage d’avoir un orchestre à proximité. «Dans la disposition de la salle, l’orchestre n’est pas réellement en fosse. L’avantage c’est que nous sommes très proches de l’orchestre», avance l’artiste. «On peut même leur sourire», enchaîne l’artiste qui estime que le fait de voir l’instrumentiste créer une symbiose entre celui-ci et le personnage en rappelant que dans d’autres salles l’orchestre en fosse ne permet pas de créer ce contact. «L’inconvénient c’est quand l’orchestre sonne très fort parce qu’il est dans la salle. Alors, quand on fait des entrées du fond, il faut avoir une projection aboutie pour pouvoir passer l’orchestre qui joue devant nous. Mais comme il est à l’écoute des chanteurs il fait en sorte de ne pas nous couvrir non plus», tempère Régis Mengus qui s’explique autour de l’apport de sa participation à «La Veuve Joyeuse» interprétée par l’OPM. «La valeur ajoutée c’est de travailler avec un orchestre qui n’a pas forcément l’habitude de faire de l’opérette », détaille-t-il en rappelant la différence entre opérette et opéra.

Opérette versus opéra

Comme l’explique l’artiste, l’opérette est un genre particulier et différent de l’opéra. Celui-ci étant un théâtre chanté. Quant à l’opérette, qui est aussi du théâtre chanté, elle est totalement dépendante de la mise en scène. Dans l’opérette, il y a des moments où, selon Régis Mengus, l’on parle et chante. «Le troisième paramètre dans l’opérette c’est la danse qui s’ajoute fréquemment», poursuit l’artiste qui trouve que la difficulté pour le chanteur consiste à parler, chanter et reparler. A découvrir.

lire la suite sur le site d'aujourd'hui Maroc
Lire aussi

La fondation Hiba dévoile les lauréats de la World Music 2018.

La session World Music du programme Hiba_Rec dévoile ses gagnants. Ainsi Soukaina Fahsi (El Jadida), Aziz Ozouss (Agadir) et Daraa Tribes (Tagounite) sont les heureux lauréats qui profiteront d’un enregistrement gratuit au studio Hiba et d’un accompagnement privilégié par Karim Ziad. Hiba_Rec est un dispositif de soutien à la création musicale, destiné aux artistes et aux groupes de musique basés au Maroc.
«Ramad’Impro» : Des joutes verbales et théâtrales au rendez-vous.

La Compagnie d’improvisation théâtrale Rbatia présente trois spectacles à Rabat.
L’incroyable renaissance des musées du Maroc.

La fondation s’est attelée à faire des musées des espaces publics modernes, accueillants et attractifs. Ici, le Musée archéologique rebaptisé: Musée de l’Histoire et des Civilisations après sa réouverture en 2017.
Un soutien financier en faveur de 23 projets dans le domaine de la musique et des arts chorégraphiques

Quelque 23 projets ont bénéficié d’un soutien financier dans le domaine de la musique et des arts chorégraphiques au titre de la 1ère session de 2018, a indiqué le ministère de la Culture et de la Communication, notant que cet appui s’inscrit dans le cadre de son plan d’action visant à instaurer une industrie nationale de culture et de création.
Le Chili s'adjuge au palmarès de la Cinéfondation

Le court-métrage «L'été du Lion électrique» réalisé par le Chilien Diego Céspedes, étudiant à l'Université du Chili, a remporté le premier prix de la Cinéfondation et des courts métrages du Festival de Cannes, rapportent jeudi les médias locaux.
Quand Omar Mahfoudi propose un regard intime sur sa ville Tanger

Omar Mahfoudi fait partie des artistes marocains contemporains qui expriment leur désarroi et leur mal-être dans la société.
Deux réalisatrices marocains subventionnées.

Deux longs métrages marocains des réalisatrices Meryem Touzani et Khadija Essaadie ont été sélectionnés pour bénéficier, aux côtés de 34 autres projets de films, de la bourse de la saison printanière 2018 de «Doha Film Institute».
Festival Mawazine : French Montana sur la scène OLM Souissi le 23 juin

La superstar américaine d’origine marocaine French Montana se produira le samedi 23 juin sur la scène OLM Souissi, pour un concert qui s’annonce comme l’un des temps forts de la 17è édition du festival Mawazine-Rythmes du Monde, a annoncé mardi l’Association Maroc-Cultures qui organise cet événement.
La ville de Bejaâd accueille sa première rencontre cinématographique.

La ville de Bejaâd accueille, en cette fin de semaine, sa première rencontre cinématographique marquée, à son ouverture, par un hommage à des figures locales du monde du 7ème art.
Décès de Per Kirkeby, «le roi de la peinture danoise».

Per Kirkeby, affectueusement surnommé par la presse «le roi de la peinture danoise», a rendu l'âme tranquillement mercredi après-midi à l’âge de 79 ans, après une riche carrière colorée, émaillée d’une multitude de décorations et de sculptures tant au Danemark qu’en Europe et au-delà.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - CHAMBRE LUCIA
Bois massif & MDF couleur Wengé
1 Réf.: LUCIA-QB à 3.750 Dh
Lit LUCIA 160 x200 cm
avec sommier à lattes sans matelas
2 Réf.: LUCIA-ST à 1.150 Dh
Chevet LUCIA 2 tiroirs
Dim.: 60x43x54 cm
3 Réf.: LUCIA-DT à 3.450 Dh
Double commode LUCIA
Dim.: 140x43X83 cm
4 Réf.: LUCIA-M à 850 Dh
Miroir LUCIA
Dim.: 88x110 cm

Leguide Voyage


Villa Joséphine
Construite par Walter Harris, le célèbre éditorialiste du Times. Elle fut la dernière résidence estivale du Glaoui, pacha de Marrakech. La Villa Joséphine reste l’une des plus spectaculaires et prestigieuses propriétés de la Vieille Montagne.